Contraception d'urgence

Pilule du lendemain, pilule de contraception d'urgence

HASCNGOFMis à jour

Résumé des recommandations pour le généraliste

  • Information systématique de tous sur la contraception d’urgence, notamment lors de la prescription d’une contraception
  • Information sur la grande efficacité de la « pilule du lendemain » prise précocement et son innocuité
  • La pilule du lendemain est accessible gratuitement (sans avance de frais) sans ordonnance durant les 5 jours qui suivent le rapport non protégé pour toutes les femmes (anonyme si besoin)
    + préservatif jusqu’au 1er jour des règles suivantes
  • La pose d’un stérilet/DIU cuivre est la méthode la plus efficace et possible jusqu’à J5
  • Envisager une prescription/dispensation en prévention surtout si: adolescente, préservatif, VIH, voyage à l’étranger, milieu rural
  • Il existe un risque de grossesse à tout moment du cycle en cas de rapport non protégé
  • Brochure d’information (PDF) et Hotline Aide avortement: 0 800 08 11 11

Articles liés: contraception et interruption volontaire de grossesse

Contraception d’urgence
Méthode de rattrapage, conçue pour être utilisée par une femme en situation d’urgence, après un rapport non protégé (voire un viol), un échec ou un usage défectueux d’une méthode contraceptive.
Elle peut être hormonale (lévonorgestrel ou ulipristal acétate dite « pilule du lendemain ») ou mécanique (stérilet).

Épidémiologie sur la pilule du lendemain en France

  • Usage lié à 30% d’oubli de pilule, 30% de rupture de préservatif, 17% d’absence de contraception
  • Principe bien connu: 95% des -30 ans
  • Délai maximal inconnu: 1% des -30 ans connaît le délai maximum de 5 jours
  • Peu utilisée: 11,5% des 15-29 ans avec rapport à risque y ont recours

Abréviations

CPEF
centres de planification et d’éducation familiale
DIU
dispositif intra-utérin (ou stérilet)
PCU
pilule contraceptive d’urgence (ou « pilule du lendemain »)
UPA
ulipristal acétate

Intérêt d’une contraception efficace pendant toute la période de vie sexuelle active

Informer que la contraception d’urgence (orale) est accessible gratuitement directement en pharmacie pour toutes les femmes, notamment si: adolescente, préservatif, VIH, voyage à l’étranger, milieu rural.

Prise en charge en urgence (le plus tôt possible) de tout rapport non protégé et préparation de la prochaine contraception.

Dispositif intra-utérin au cuivre (DIU ou stérilet)

Méthode la plus efficace et qui le reste durant au moins 4 ans.

Stérilet à poser dans les 5 jours suivant le rapport non protégé.
Privilégié chez les obèses ou après un cancer hormonosensible.

Avant la pose, bilan en urgence: auto-prélèvement vaginal pour PCR Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae notamment en cas d’antécédents d’infection sexuellement transmissible (IST), d’infection génitale haute en cours ou récente, d’âge < 25 ans ou de partenaires multiples.

Consultation de contrôle à 3 mois puis annuelle, ainsi qu’en complications possibles (douleurs pelviennes, saignements, fièvre).

Le stérilet est remboursé sur prescription de sage-femme ou médecin (à 60%).

Pilule contraceptive d’urgence (PCU)

À prendre le plus tôt possible (de préférence dans les 12 heures) et jusqu’à 3 jours suivant le rapport.

Lévonorgestrel 1,5 mg en 1 prise
AR 1 fois si besoin.
Ou ulipristal si 72 heures dépassées (voir plus bas)

Prise en charge associée au préservatif jusqu’au 1er jour des règles suivantes et débuter la contraception efficace à ce moment.
Utiliser un test de grossesse si retard des règles supérieur à 5 jours.
En cas de vomissements survenant dans les 3 heures suivant la prise du comprimé ou en cas de fortes diarrhées, reprendre immédiatement un comprimé.

Aucun risque décrit, aucune contre-indication hormis la grossesse.
Déconseillé si: risque de GEU (antécédent de salpingite ou de grossesse extra-utérine), maladie hépatique grave (avis du spécialiste).
Effets indésirables: modérés et de courte durée. Troubles des règles(spotting, retard de règles ou règles en avance), fatigue, nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées, céphalées, vertiges, tension mammaire.

NB. La PCU n’a aucun effet délétère si une grossesse est déjà en cours.

La pilule du lendemain en pratique

  • Disponible gratuitement en pharmacie sans avance de frais et sans prescription pour toutes les femmes
  • Également accessible en pharmacie, collège/lycée/université, centres de santé sexuelle ex CPEF

Ulipristal acétate (UPA)

À prendre le plus tôt possible et jusqu’à 5 jours (120 heures) suivant le rapport.
Préférer le LNG en contraception hormonale au long cours.

Ulipristal acétate 30 mg en 1 prise (Ellaone® ou gén).

Mêmes précautions que pour la PCU (préservatif, contraception, si retard de règles, si vomissements).

Contre-indications: grossesse, insuffisance hépatique sévère, asthme sévère non contrôlé.
Effets indésirables: modérés et de courte durée. Troubles des règles (spotting, retard de règles ou règles en avance), fatigue, nausées, vomissements, douleurs abdominales, céphalées, vertiges, tension mammaire, troubles de l’humeur, myalgies, douleurs dorsales, douleurs pelviennes.

Même délivrance que le lévonorgestrel.

  • OnSexPrime. La contraception d’urgence
  • Fil santé jeunes: 0 800 235 236 (9:00-23:00)
  • Info sexualité, contraception, IVG, violences: 0800 08 11 11 (9:00-23:00)
  • La contraception d’urgence n’est pas efficace à 100%
  • Elle est à pratiquer le plus tôt possible après un rapport à risque
    Sans contraception ou oubli.
  • Utiliser le préservatif jusqu’au 1er jour des règles suivantes et débuter la contraception efficace à ce moment
  • Utiliser un test de grossesse si retard des règles > 5 jours
  • En cas de vomissements survenant dans les 3 heures suivant la prise du comprimé ou en cas de fortes diarrhées, reprendre immédiatement un comprimé

NB. Le risque infectieux n’est pas traité ici