Endocardite infectieuse

ESCMis à jour

Résumé des recommandations

  • Mesures de prévention pour toutes les personnes à risque
  • Antibioprophylaxie uniquement pour les patients à haut risque
  • Amoxicilline per os 2 g 30-60 minutes avant (50 mg/kg chez l’enfant)
  • Soutien psychologique
  • Adresser aux urgences toute suspicion d’endocardite infectieuse
  • Prochaines recommandations ESC en 2023

Endocardite infectieuse (EI)
Infection d’une ou plusieurs valves cardiaques par une bactérie, plus rarement par des germes intracellulaires ou des levures. L’atteinte de l’endocarde pariétale est plus rare. L’endocardite infectieuse est rare mais grave.
La porte d’entrée est cutanée (40%), nosocomiale, toxicomanie IV, bucco-dentaire (1/3), gastro-intestinale (23%), urogénitale (4%) et autres.
Les germes sont les staphylocoques (30-50%, mauvais pronostic, Staphylococcus aureus ++), streptocoques gallolyticus et entérocoques.
La prophylaxie repose sur les mesures d’hygiène et pour les patients à haut risque d’endocardite: l’antibioprophylaxie en geste invasif.
1/3 des personnes à haut risque ne bénéficient pas d’antibioprophylaxie lors des soins invasifs

Patients à haut risque d’endocardite infectieuse

Seules personnes éligibles à l’antibioprophylaxie en soins dentaires à haut risque:

  1. Valve prothétique
    Mécanique, homogreffe ou bioprothèse.
  2. Antécédent d’endocardite
  3. Cardiopathie congénitale
    • Cyanogène
    • Matériel prothétique implanté dans les 6 mois ou avec persistance de shunt ou régurgitation valvulaire

ESC 2015

Chirurgies dentaires à risque chez le sujet à haut risque d’endocardite

  • Manipulation de la région gingivale ou péri-apicale de la dent
  • Perforation de la muqueuse orale

ESC 2015

Les autres gestes (coloscopie, endoscopie bronchique …) ne nécessitent pas d’antibioprophylaxie HORS contexte infectieux.

Les manifestations de l’endocardite infectieuse sont variées avec des présentations parfois trompeuses.

Tableau typique: apparition ou majoration d’un souffle cardiaque en contexte fébrile.
Évoquer devant: AVC, purpura, lombalgies fébriles.

Évoquer devant tout insuffisance cardiaque ou signe neurologique fébrile


Réaliser des hémocultures avant la prescription d’antibiotiques

  • Fièvre +++
  • Signes cutanés (5-15%)
    • Purpura pétéchial
    • Nodosités d’Osler (“faux panaris d’Osler”) pathognomoniques
    • Placard érythémateux palmoplantaire (de Janeway)
  • Signes respiratoires
    • Toux
    • Dyspnée ± fébrile
  • Signes ophtalmologiques
    • Purpura conjonctival
    • Tâches de Roth (fond d’œil)
  • Signes rhumatologiques
    Arthralgies, lombalgie, myalgie.
  • Signes neurologiques
    AVC, convulsions fébriles, troubles de la conscience, syndrome méningé, abcès cérébral.
  • Signes rénaux
    Protéinurie/hématurie isolée, insuffisance rénale.
  • Signes vasculaires
    Ischémie (sub)-aiguë de membre, syndrome coronarien aigu, embolie pulmonaire.

Recommandations sur les mesures de prévention à respecter par les personnes à risque d’endocardite infectieuse:

  • Carte patient avec niveau de risque
  • Éducation du patient
    Consulter rapidement en cas de fièvre, hygiène corporelle et dentaire, pas d’automédication, déconseiller piercing et tatouage.
  • Soins dentaires
    • Brossage des dents ≥ 2 fois/j
    • Dentiste x 1/an avec détartrage
  • Personnes à haut risque d’endocardite
    • Dentiste x 2/an avec détartrage
    • Antibioprophylaxie lors des gestes invasifs dentaires uniquement
      Manipulation de la région gingivale ou péri-apicale de la dent, perforation de la muqueuse orale.
    • Contre-indication aux brossettes interdentaires ou pratiques agressives
  • Désinfection des plaies
  • Dépistage organisé des cancers (colorectal dès 50 ans)
  • Soutien psychologique
  • Limiter le recours au cathéter central, intraveineux et prolongé

Antibioprophylaxie des personnes à haut risque d’endocardite infectieuse

Prise orale unique (voire IV) 30-60 minutes avant le geste invasif à risque.

Amoxicilline 2 g (50 mg/kg chez l’enfant)

Si allergie: clindamycine 600 mg (20 mg/kg chez l’enfant).