Mycoses: candidoses et dermatophytoses (intertrigo, teigne, vaginite)

AnofelSFDBASSHMis à jour

Résumé des recommandations pour le généraliste

  • Prélèvement mycologique si:
    • Dermatophytose type teigne ou onychomycose
    • Atypie clinique ou doute diagnostique, lésions chroniques/récidivantes, résistance à un traitement adapté et bien observé
    • À distance de toute thérapeutique (cutanée 15 jours, ongle topique 2 mois) pour examen direct et culture
  • Traitement local sauf pour les teignes, candidoses buccales et vaginales, onyxis à dermatophytes avec atteinte matricielle et onyxis candidosiques
  • Prise en charge des mycoses courantes en première intention:
    • Certaines atteintes être reconnues en maladie professionnelle (abattoir, laiterie, maître nageur, athlète …)
    • Candidose buccale: miconazole 2% gel 2,5 mL x 4/j 7-14 jours, mesures associées
    • Candidose vaginale aiguë: fluconazole 150 mg dose unique (ou éconazole LP ovule 1-3 jours) ± éconazole vulvaire 14-28 jours
    • Intertrigo: éconazole 1% ou ciclopirox 1% crème x 2/j 14-28 jours, mesures associées
    • Herpès circiné: éconazole 1% crème x 2/j 14-21 jours
    • Muguet du nourrisson (à partir de 4 mois): miconazole 2% gel 1,25 mL x 4/j après les repas 7-14 jours
    • Onycomycose: prélèvement, pédicurie, traitement adapté amorolfine 5% x 1-2/semaine ou ciclopirox 8% 1/j pendant 3-6 mois, éconazole interdigital
    • Pityriasis versicolor: kétoconazole 2% gel unidose, récidives ++
    • Teigne: prélèvement, terbinafine 250 mg x 1/j + éconazole/ciclopirox 1% crème x 2/j pendant 28 jours puis contrôle clinique avec résultat de la culture à J28, mesures associées

Mycoses
Champignons microscopiques (micromycètes) susceptibles de vivre en parasite chez l’Homme et classés en deux grands types: levures ou champignons filamenteux.
Dermatophytoses (ou tinea)
Mycoses cutanées les plus fréquentes liées à des champignons filamenteux microscopiques ayant une affinité pour la kératine (épiderme et phanères: ongles, cheveux et poils). Selon l’espèce, la contamination est interhumaine (contact, objets ou lieux communs), zoophile ou tellurique (qui sont plus inflammatoires car peu adaptées à l’homme). Elles ne donnent jamais d’atteinte muqueuse.
Les lésions cliniques sont multiples: dermatophyties circinées, intertrigos, teignes, folliculites, onychomycoses …
Des réactions allergiques de type dyshidrose à distance sont possibles, appelées dermatophytides (mains ++).
Genres les plus fréquents chez l’Homme: Trichophyton, Microsporum, Nannizzia et Epidermophyton. Espèces principales en France métropolitaine sur la peau et les ongles: T. rubrum, T. mentagrophytes, T. interdigitale, T. tonsurans et M. canis.
Levuroses dont candidoses
Levures commensales très représentées par la famille Candida, le plus souvent bénignes mais favorisées par la pénombre, la chaleur et l’humidité. Une culture positive ne prouve pas son rôle pathogène.
Facteurs favorisants les candidoses-levuroses: grossesse, antibiotiques, diabète, immunodépression dont iatrogène (chimiothérapie cytotoxique, ciclosporine, anti-TNF …).

Abréviations

Anofel
Association française des enseignants et praticiens hospitaliers titulaires de parasitologie et mycologie médicales
CMIT
Collège des Universitaires des Maladies Infectieuses et Tropicales
ITC
itraconazole
TBF
terbinafine

Prise en charge des mycoses des zones cutanées dépourvues de poils.

Dermatophytose circinée (herpès circiné ou tinea corporis)

Anneau érythémateux prurigineux bien délimité le plus souvent causé par Trichophyton rubrum ou Microsporum canis.
Zone centrale claire cicatricielle avec bourrelet périphérique squameux et vésiculeux. Plusieurs lésions peuvent confluer en placard polycyclique.
Photos d’herpès circiné

Diagnostic différentiel des dermatophytoses circinées palmaires ou plantaires: eczéma.

Prise en charge de l’herpès circiné

Éconazole 1% crème 1 application matin et soir pendant 14 à 21 jours

Reconnaissance possible d’un herpès circiné en Maladie professionnelle dans le cadre du Tableau 46: filière viande, piscine, athlète, bâtiment.

Pityriasis versicolor

Macules hypo ou hyperpigmentées bien limitées, le plus souvent thoracique, cervicale ou à la racine des bras. Prurit rare.
Le pityriasis versicolor est bénin, n’est pas contagieux, causé par la levure Malassezia furfur.
Photos de pityriasis versicolor

Prise en charge du pityriasis versicolor

  • Information du patient
    Les lésions disparaissent lentement après le traitement (quelques mois !) et les récidives sont très fréquentes.
  • Abstention thérapeutique
  • ou kétoconazole 2% gel récipient unidose en une seule application
    Laisser agir au moins 5 minutes.
  • ou terbinafine 1% crème ou ciclopirox olamine 1% crème x 1-2/j pendant 7 à 14 jours

Diagnostic différentiel d’un pityriasis versicolor

  • Pityriasis rosé de Gibert
    Adolescent ou adulte jeune, macules ovales légèrement rouges, contour plus foncé ± squameux du tronc avec un aspect géométrique en « branches de sapin ». Disparition spontanée en 4 à 6 semaines.
  • Syphilis secondaire
    Macules rosées sur tout le corps (dont paumes et plantes), sérologie.
  • Eczématides achromiantes
    Enfants en adolescents. Prédominantes au visage et cou en contexte de photo-exposition et baignade. Disparition spontanée en 4-6 semaines.
  • Vitiligo
    Dépigmentation totale en plaques.

Kératodermie palmoplantaire dermatophytique

La kératodermie palmo-plantaire se présente souvent avec un tableau stéréotypé: kératodermie d’une paume et des 2 plantes (« 1 main, 2 pieds »). La kératodermie talonnière isolée ± fissuraire est fréquente. Aspect blanchâtre, farineux avec plis des paumes/plantes très marqués. Atteinte unguéale possible.

Prise en charge de la kératodermie palmo-plantaire

Terbinafine 250 mg cp x 1/j pendant 2 à 4 semaines.

Intertrigo

Les intertrigos ont un aspect d’érythème lisse suintant à limites floues, prurigineux ou avec sensation de brûlures, parfois des fissures douloureuses. L’origine est fréquemment une candidose, une bordure inflammatoire caractérise un dermatophyte (T. rubrum, T. interdigitale, Epidermophyton floccosum).

Les localisations classiques des intertrigos sont inter-orteils (« pied d’athlète » ou tinea pedis), à la commissure labiale (perlèche, photos), les plis inguinaux (« eczéma marginé de Hebra ») ou cruraux, sous-mammaires et axillaires.
Photos d’intertrigo candidosique et d’intertrigo inter-orteils.

Prise en charge de l’intertrigo

Diagnostic différentiel d’un intertrigo: dermatite atopique, psoriasis inversé, dermatite séborrhéique, pityriasis rosé de Gibert, érythrasma (bactérie Corynebacterium minutissimum sensible aux antifongiques azolés).

« Tout état squameux, croûteux ou pustuleux du cuir chevelu est une teigne jusqu’à preuve du contraire » (Pilly 2020)

Teignes tondantes

Les teignes tondantes sont les principales teignes, en deux types:

  1. Teignes tondantes microsporiques (Microsporum canis ou M. audouinii)
    Alopécie en grandes plaques bien limitées squameuses, peu ou pas inflammatoires. Cheveux cassés courts. Plutôt chez l’enfant.
  2. Teignes tondantes trichophytiques (Trichophyton violaceum, T. soudanense ou T. tonsurans)
    Alopécie en petites plaques squameuses confluant parfois en grandes plaques mal délimitées. Cheveux cassés ras. Prédominance féminine et contagieuses.

Teignes suppurées

Alopécie en larges placards suppurants (plusieurs cm²) surélevés circulaires très inflammatoires (dit kérion) par contamination animale (Trichophyton mentagrophytes ou T. verrucosum) ou tellurique (Nannizia gypsea), principalement chez l’enfant ou la femme.

Teignes faviques ou favus

Les teignes faviques sont exceptionnelles en Europe par Trichophyton schoenleinii, contagieuse.
Alopécie définitive par des croûtes jaune soufre et une odeur de souris.

Prise en charge de la teigne

La prise en charge d’un enfant de moins de 10 kg est hospitalière du fait de l’indisponibilité de la griséofulvine

  • Prélèvement au laboratoire
  • Raser les cheveux autour
  • Surinfection: povidone iodée moussante (Bétadine Scrub® 4%) en shampooing au début
  • Traitement probabiliste
  • + éconazole ou ciclopirox olamine 1% crème x 2/j en même temps (28 jours)
  • Examiner l’entourage
    Jusqu’à 50% de porteurs et traitement oral si atteints.
  • Contrôle clinique à 4 semaines avec résultats mycologiques
    Avis spécialisé en l’absence d’amélioration.
  • Éviction scolaire en l’absence de traitement débuté (sauf teigne zoophile ou tellurique)
    • Si teigne zoophile: examen vétérinaire des animaux de compagnie
      Teignes zoophiles: M. canis (chien, chat), T. mentagrophytes (chien, chat, lapin, souris …), T. verrucosum (bovins), T. erinacei (hérisson), T. gallinae (volailles), T. equinum (cheval), T. benhamiae (cochons d’Inde), N. persicolor (rongeurs sauvages), N. praecox (cheval)
    • Teignes telluriques: Nannizzia gypsea, N. persicolor

Avis spécialisé si: Microsporum à l’examen direct ou après 6 semaines de terbinafine, échec à 4 semaines.

Plus précisément levuroses, le plus souvent par Candida albicans lors d’un facteur de risque (antibiotiques … voir Définitions). Traitement par antifongique azolé local voire fluconazole par voie orale.
L’itraconazole est utile pour les formes résistantes.

« Les candidoses génitales ne sont pas considérées comme des infections sexuellement transmissibles » (Anofel)

Candidose buccale ou oropharyngée

Les candidoses buccales atteignent le plus souvent les moins de 18 ans et les sujets âgés (prothèses dentaires, hyposialie, dénutrition).

L’aspect pseudo-membraneux blanc (muguet) est le plus fréquent, souvent associé à une perlèche (intertrigo de la commissure labiale). Les autres aspects sont la glossite (langue rouge dépapillée) associée à une stomatite (xérose buccale, goût métallique et de cuisson).
Photos de candidose buccale

NB. Les langues noires villeuses ne sont pas des candidoses (oxydation des papilles, souvent par le tabagisme).

Prise en charge des candidoses buccales

  • Stériliser les tétines, soins des prothèses dentaires
  • Bains de bouche avec chlorhexidine ou bicarbonate de soude
  • Traitement de l’hyposialie
  • Miconazole gel buccal
    Miconazole 2% gel buccal (Daktarin®) 2,5 mL 4 fois par jour pendant 7 à 14 jours.
  • ou miconazole cp muco-adhésif chez l’immunodéprimé
    Miconazole cp 50 mg (Loramyc®) x 1/j pendant 7 à 14 jours, face bombée placée le matin après le brossage contre la gencive supérieure au-dessus d’une incisive. Interactions +++
  • ou amphotéricine B buvable
    Amphotéricine B 10% susp buvable (Fungizone®) 5 mL x 3-4/j pendant 10-14 jours (21 si forme chronique)
  • ou nystatine buvable
    Nystatine susp buvable (Mycostatine®) 1 à 6 mL x 4-6/j pendant 10-14 jours (21 si forme chronique)
  • voire fluconazole oral
    • En première intention chez l’immunodéprimé associé à un traitement local (ESCMID 2012)
    • Fluconazole cp 100 mg x 1/j (doubler la dose à J1) pendant 7 à 21 jours (prolonger chez l’immunodéprimé), doubler la dose en cas d’atteinte œsophagienne associée
  • Si échec: avis hospitalier pour itraconazole voie orale
Prise en charge du muguet du nourrisson

À partir de 4 mois: miconazole 2% gel buccal (Daktarin®) 1,25 mL 4 fois par jour après les repas pendant 7 à 14 jours

Balanite et balano-posthite candidosique

Tableau pauci-symptomatique. Début au niveau du sillon balanopréputial avec un érythème puis souvent des plaques blanchâtres du gland.
Extension possible au pénis, scrotum et l’aine chez l’obèse.

Diagnostic différentiel: infectieux (syphilis secondaire, herpès génital), macération, psoriasis, carcinome.

Prise en charge de la balanite candidosique

  • Prélèvement mycologique
  • Éconazole 1% crème 1 application matin et soir pendant 14 à 21 jours (7 jours selon CMIT) + savon alcalin + examen partenaire

Rechercher un diabète en cas de balanite candidosique sévère.

Pas de traitement du partenaire et contrôle clinique uniquement en cas d’évolution défavorable

Prise en charge de la candidose vaginale (mycose vaginale, candidose vulvovaginale ou vaginite candidosique) d’après les recommandations BASSH 2019.

Candida albicans est la principale mycose vaginale (80-89%). Les traitements non azolés sont réservés aux résistances et Candida non-albicans (principalement C. glabrata et C. krusei).

Signes et symptômes d’une candidose vulvovaginale:

  • Leucorrhées (écoulements vaginaux) inodores avec consistance de lait caillé
  • Prurit vulvovaginal et brûlures vulvaires
  • Dyspareunies
  • Voire dysurie
  • Diagnostic différentiel
    • Écoulements physiologiques pendant la grossesse ou en milieu de cycle parfois malodorants
    • Vaginose bactérienne malodorante à Garderella vaginalis, IST à trichomonase, gonococcie ou chlamydiose, virale à herpès
    • Dermatites: lichen (ménopausée ++), eczéma, psoriasis
    • Tumoral
    • Réactions aux produits d’hygiène, tampons, spermicides, préservatifs, anneaux contraceptifs
    • Vulvodynie
  • Photos de candidose vulvovaginale

« La candidose vaginale récidivante peut être la première manifestation clinique de l’infection à VIH » (Anofel)

Prise en charge de la candidose vulvovaginale aiguë

Le prélèvement vaginal est dispensable pour un épisode aigu ambulatoire d’évolution favorable

  • Inspection vulvaire
  • Fluconazole 150 mg cp dose unique (RCP, interactions)
  • ou clotrimazole 500 mg caps vaginale (Mycohydralin® NR) dose unique (molécule de référence pendant la grossesse)
    Pendant la grossesse, renouveler le traitement jusqu’à 6 fois si besoin.
  • Alternatives
  • Candidose sévère (érythème étendu, œdème, excoriation ou fissure)
    • Fluconazole 150 mg 1 cp à J1 et J4
    • voire clotrimazole 500 mg caps vaginale (Mycohydralin® NR) à J1 et J4
  • ± traitement local: éconazole 1% crème x 2/j pendant 14 à 28 jours
  • Mesures d’hygiène
    • Une seule toilette (externe) par jour avec savon à pH neutre (Prescrire, alcalin selon Anofel) sans autres soins
    • Éviter les lessives et assouplissants irritants
    • Sous-vêtements coton

NR = non remboursé

Prise en charge de la candidose vulvovaginale récurrente

Candidose vulvovaginale récurrente
Au moins 4 épisodes sur les 12 derniers mois avec au moins 2 épisodes symptomatiques documentés (examen direct ou culture) dont un avec abondance moyenne ou forte de Candida.
Elle est probablement liée à des particularités biologiques des patientes. 6% des femmes actives sont atteintes.
2 groupes de patientes: bonne réponse au traitement avec intervalles libres ou réponse partielle avec symptômes persistants.

Mesures générales pour les candidoses vaginales récidivantes

  • Contrôle des facteurs de risque
    Diabète, immunosuppression, traitement hormonal, antibiothérapie récente (3 mois).
  • Rechercher d’autres candidoses
    Oropharyngée, cutanée, onyxis.
  • Examen gynécologique voire dermatologique
  • Examen du partenaire (CEDEF)
  • Bilan biologique: NFS, ferritinémie, glycémie à jeun
  • Auto-prélèvements vaginaux répétés pour: identification du Candida, sensibilité au fluconazole
    Absence de réponse aux traitements: identification de l’espèce et sensibilité aux antifongiques.
  • Mesures d’hygiène à tester
    • Remplacer le savon par des émollients vulvaires
    • Ne pas faire de douche vaginale
    • Éviter les bains
    • Éviter les protège-slips hors menstruations
  • Information de la patiente
    Les traitements locaux peuvent créer une irritation locale et altérer l’efficacité des préservatifs, diaphragmes et spermicides.

Traitement de la candidose vaginale récurrente

  • Fluconazole 150 mg cp (RCP, interactions) 1 cp à J1-J4-J7 puis 1/semaine pendant 6 mois
  • Alternative: éconazole LP 150 mg ovule pendant 7 jours (voire 14 selon l’efficacité) puis clotrimazole 500 mg caps vaginale (Mycohydralin® NR) 1/semaine pendant 6 mois
  • Grossesse: traitement identique à l’alternatif avec éconazole ovule 10-14 jours + clotrimazole hebdomadaire

Avis spécialisé en cas de Candida résistant aux azolés.
Si récidive durant le traitement: augmenter le fluconazole 150 mg à 1 cp x 2/semaine ou essayer cétirizine 10 mg/j pendant 6 mois.

Après le traitement: utiliser le traitement aigu en cas de candidoses rares, sinon recommencer la séquence complète si les critères de récurrence sont remplis.

Le traitement hormonal de la ménopause est un facteur de risque de candidose récurrente.

Candidose vulvovaginale non-albicans ou résistante

Prise en charge des candidoses vaginales résistantes aux azolés ou par Candida non-albicans:

Les traitements recommandés ne sont pas disponibles en France (nystatine, acide borique, amphotéricine B, flucytosine vaginaux), avis spécialisé.

Traitements sans efficacité démontrée

  • Régime spécifique
  • Probiotiques (Lactobacillus …)
  • Arbre à thé et huiles essentielles
  • Sous-vêtements « antimicrobiens »
  • Préparations de yaourt et miel
  • Ail

Dermatophytoses des poils (folliculites, sycosis)

Les infections par dermatophytes des poils atteignent le plus souvent les hommes au niveau de la barbe ou de la moustache (sycosis). Les autres poils d’autres localisations peuvent être atteints donnant des folliculites douloureuses avec surinfections fréquentes.

Onychomycoses ou mycoses des ongles (candidoses des ongles ou onyxis, mycose unguéale, dermatophytoses ou tinea unguium)

Seulement 18 à 50% des onychopathies sont mycosiques

Les onychomycoses à Candida atteignent surtout les mains des femmes (eau, produits ménagers, manucure). Inflammation péri-unguéale initiale (périonyxis, péri-onyxis ou paronychie) puis extension à l’ongle par le bord proximal (onyxis).

Les onychomycoses à dermatophytes (T. rubrum surtout) prédominent aux ongles des pieds avec l’onychomycose distolatérale (tâche jaunâtre du bord libre s’étendant vers la matrice): épaississement et durcissement de l’ongle.
Elle sont très fréquentes après 70 ans (30%) et ne guérissent jamais spontanément avec un risque de diffusion.

Autres aspects d’onychomycoses: leuconychie superficielle (surface), proximale (matrice) ou onychomycodystrophie totale avec destruction totale.
Photos d’onychomycose

Diagnostic différentiel: atteinte mécanique, psoriasis voire lichen plan ou tumeur maligne.

Prise en charge de l’onychomycose

Traitement des onychomycoses:

  • Prélèvement au laboratoire pour un traitement guidé
  • Contrôle des facteurs de risque
    Séchage, ongles courts, limiter les contacts avec le sucre, les acides, les corticoïdes, les soins de manucure, protection en piscine.
  • Matrice épargnée
    1. Pédicure-podologue pour limage ou meulage initial
    2. Vernis unguéal amorolfine 5% x 1-2/semaine ou ciclopirox 8% x 1/j pendant 3 à 6 mois
    3. Éconazole des espaces interdigitoplantaires pour éviter une réinfection
    4. Périonyxis important: prélèvement, imidazolé local voire fluconazole (TODO:)
    5. Si échec: avulsion chimique par bifonazole 1% + urée 40% (Amycor Onychoset®) sous pansement occlusif x 1/j pendant 1-3 semaines
      et relais par bifonazole seul 1% crème (Amycor®) pendant 4-8 semaines (ou jusqu’à repousse complète de l’ongle).
  • Atteinte matricielle
    • Traitement ci-dessus en complément des mesures suivantes
    • Avulsion chimique comme ci-dessus selon Prescrire
    • + Traitement général: terbinafine 250 mg x 1/j pendant 3 mois (onyxis des mains) ou 6 mois (onyxis des pieds) avec surveillance biologique adaptée (Anofel, 6 semaines à 3-6 mois selon les RCP)
      Si mauvaise tolérance: itraconazole voire fluconazole sur avis hospitalier.
  • Contrôle clinique à 3 mois
    Si doute sur la guérison: fenêtre thérapeutique de 3-6 mois avant nouveau contrôle clinique.

Reconnaissance possible d’une onychomycose en Maladie professionnelle dans le cadre du Tableau 77.

Candidose œsophagienne

Candida est commensal du tube digestif. L’œsophage est la principale atteinte du C. albicans.

Fluconazole cp 100-200 mg x 1/j (doubler la dose à J1) pendant 14 à 28 jours (jusqu’à la rémission).

Rechercher une immunodépression: VIH, hémopathie, iatrogénie.

Chez une personne vivant avec le VIH (PVVIH), l’œsophagite à Candida est un marqueur du passage au stade Sida (CD4 souvent < 150/mm³)

Candidose anorectale

Anite prurigineuse, érythémateuse, érosive et suintante ± intertrigo local.

Différencier d’une atteinte streptococcique, d’une macération ou d’hémorroïdes.

Mesures générales pour le traitement des mycoses

  • Contrôle des facteurs de risque (antibiothérapie, diabète …)
  • Dermatophyte anthropophile (M. audouinii, T. tonsurans, T. violaceum, T. soudanense, T. rubrum, T. interdigitale, T. schoenleinii, E. floccosum)
    Examen de l’entourage ou de la classe.
  • Dermatophyte zoophile
    • M. canis (chien, chat), T. mentagrophytes (chien, chat, lapin, souris …), T. verrucosum (bovins), T. erinacei (hérisson), T. gallinae (volailles), T. equinum (cheval), T. benhamiae (cochons d’Inde), N. persicolor (rongeurs sauvages), N. praecox (cheval)
    • Examen vétérinaire de l’animal si animal connu
  • Objets décontaminés par spray antifongique ou lavage à 60°C

Traitements antifongiques topiques

Traitements topiques azolés

Antifongiques azolés (ou imidazolés) autorisés en France, utilisés en 2 applications par jour sauf mention contraire:

  • Bifonazole (Amycor®, + urée Amycor Onychoset® pommade) crème/poudre x 1/j
  • Éconazole crème/poudre/émuls/ovule/sol est le mieux évalué selon Prescrire
  • Fenticonazole crème/caps (+12 ans)
  • Isoconazole crème/émuls
  • Kétoconazole crème/gel x 1-2/j (+18 ans)
  • Oxiconazole (Fonx®) crème x 1/j
  • Sertaconazole crème/ovule x 1/j (+15 ans)
  • Tioconazole crème/ovule

Candidose cutanée: durée de traitement de 14 à 28 jours

NB. La formulation (crème, lotion, gel, poudre) dépend du caractère suintant ou non de la lésion.

Pyridones

Ciclopirox olamine 1% crème x 2/j pendant 14 à 28 jours.

Spectre large et absence d’interactions médicamenteuses.

Allylamines

Terbinafine 1% crème x 1-2/j pendant 1-2 semaines

Moins efficace sur C. albicans.

Traitement antifongique général

Tous les traitements antifongiques par voie générale exposent à des toxidermies graves et sont contre-indiqués pendant la grossesse

Azolé Fluconazole

Fluconazole 6 mg/kg x 1/j (gél 50/100/200, sirop, RCP, interactions nombreuses).

Traitement général de première intention.

Effets indésirables principaux: céphalées, nausées, douleurs abdominales, anaphylaxie.

Terbinafine

La terbinafine (RCP, interactions limitées) pour un traitement général est disponible en comprimés sécables avec une seule prise quotidienne pendant le repas.

Éviter chez les professionnels du goût.

Fiche SFD info patient terbinafine et itraconazole (SFD)

Bilan hépatique avant le traitement.
TODO: surveillance biologique

Tableau. Posologies de la terbinafine selon le poids. Dr JB Fron d'après SFD et al 2021
Poids (kg)Posologie (mg)
+40250
21-40125
10-2062,5

Polyènes Amphotéricine B

TODO:

Effet topique digestif en l’absence d’absorption.

Pour en savoir plus: Itraconazole

La prescription initiale d’itraconazole est hospitalière

Fiche SFD info patient terbinafine et itraconazole (SFD)

Tableau. Posologies de l'itraconazole selon le poids. Dr JB Fron d'après SFD et al 2021
Poids (kg)Posologie (mg)
+20100
10-2050