Panaris

CMIT Mis à jour

Résumé des recommandations

  • Le diagnostic est clinique
  • Bains antiseptiques pluriquotidiens (x 2-3 /jour)
  • Antibiothérapie si immunodépression, valvulopathies, diabète
  • Consignes de prévention pour prévenir les récidives

Panaris
Infection aiguë du doigt limitée au plan cutané ou sous-cutané.
Germes les plus fréquents: Staphylocoque doré ± sécréteur de toxine de Panton Valentine (VPL, Méthi-S++) et streptocoque pyogenes (SGA).
Acupuncture ou piercing: Mycobacterium fortuitum ou M. chelonae.
Complications du panaris
Atteinte profonde des fléchisseurs à l’origine d’un phlegmon des gaines et ostéo-arthrite.

Le diagnostic est clinique.
Rechercher une inoculation septique à l’interrogatoire et un corps étranger.

Intérêt de l’auscultation cardiaque chez le patient à risque d’endocardite.

Stade inflammatoire

Atteinte superficielle de la pulpe ou de type péri-onyxis (tourniole).
Inflammation de la dernière phalange avec douleurs modérées (doigt érythémateux, œdématié) sans fièvre.

Stade collecté

Douleurs inflammatoires violentes (pulsatiles, insomniantes).
Tuméfaction pulpaire tendue, fréquente phlyctène purulente sus-jacente.
Fréquente lymphangite associée, adénite régionale, fièvre.

  • Pseudo-panaris herpétique (HSV)
    1/+ vésico-pustules à contenu purulent. Caractère récidivant de localisation fixe, profession à risque (IDE, médecin, dentiste).
  • Faux panaris d’Osler
    Principalement sur la pulpe, douloureux survenant lors d’une endocardite infectieuse.

Aucun examen complémentaire n’est réalisé de façon systématique.

Une radiographie de doigt peut être utile pour éliminer une ostéite ou un corps étranger.

  • Désinfection systématique de toute plaie du doigt.
  • Ne pas manipuler les petites peaux lors d’une manucure.
  • Ne pas se ronger les ongles et ne pas les couper trop court.
  • Lavage des mains pluriquotidiens à l’eau et au savon.

Mesures générales

  • Recherche et traitement de la porte d’entrée
  • Antalgie par paracétamol
  • Proscrire: AINS, antibiotiques cutanés
  • Vérification du statut vaccinal antitétanique
  • Réévaluation à 48 heures
  • Éducation sur l’hygiène des mains
  • Arrêt de travail systématique si profession à risque
    Industrie agro-alimentaire ou restauration.

Stade inflammatoire: traitement

Bains de chlorhexidine 2 à 3 fois par jour

Selon Prescrire®: Bains dans l’eau chaude 10-15 minutes x 3-4/jour.
Antibioclic: Bains antiseptiques pluriquotidiens (x 2-3 /jour)
type povidone iodée Bétadine®, hexamidine Hexomédine®, chlorhexidine aqueuse Biseptine®

Antibiothérapie ambulatoire

Indications: immunodépression, valvulopathies, diabète.

Adulte

Pristinamycine (Pyostacine®) 1g x 2-3/j 7 jours (couvre le SARM)

ou cloxacilline (Orbénine®) 50mg/kg/j en 3 prises (max 4g/j) 7 jours
ou amoxicilline + a. clavulanique (Augmentin®) 1g x 3/j 7 jours

Enfant

Pristinamycine (Pyostacine®) 50 mg/kg/j x 2-3/j 7 jours (couvre le SARM)

ou cloxacilline (Orbénine®) 50mg/kg/j en 3 prises (max 4g/j) 7 jours
ou amoxicilline + a. clavulanique (Augmentin®) 1 dose-kg x 3/j 7 jours (seul traitement pour les < 6 ans)

Stade collecté: traitement

Exérèse chirurgicale en ambulatoire sous anesthésie locale/loco-régionale avec prélèvements bactériologiques.

Cicatrisation en 2-3 semaines selon la taille initiale.
Pansement à changer tous les jours pendant 1 semaine puis toutes les 48h jusqu’à cicatrisation complète.