Conduite à tenir devant un prurit

CEDEF Mis à jour

Résumé des recommandations

  • Éliminer une gale
  • Prurit chronique nu chez jeune adulte doit faire évoquer un lymphome
  • Prurit nu non évident: biologie, radio de thorax, échographie abdominale

Prurit
Sensation de démangeaison localisée ou généralisée, atteignant la peau ou certaines muqueuses.
Il s’agit d’un diagnostic d’interrogatoire.
Prurit physiologique
Discret, principalement le soir ou lors du déshabillage.
Prurit pathologique
Prurit entraînant des lésions de grattage ou ayant un retentissement sur la vie quotidienne.
Prurigo
Lésions provoquées par le grattage: papules excoriées, croûteuses ou encore nodules.
Lichénification
Épaississement de la peau lorsque le prurit est chronique avec une peau grisâtre, recouverte de fines squames dessinant un quadrillage.

Dermatoses prurigineuses

  • Ectoparasitoses
    Gale et pédiculose.
  • Piqûres d’insectes
  • Dermatite atopique
  • Dermatite de contact
    Caustique, irritative, allergique.
  • Urticaire, dermographisme
  • Mastocytose cutanée
  • Psoriasis
  • Lichen plan
  • Pemphigoïde bulleuse
  • Lymphomes cutanés
    Mycosis fongoïde et syndrome de Sézary.
  • Dermatophytoses

Prurit d’origine systémique

  • Cholestase et insuffisance hépatique
  • Insuffisance rénale chronique et hémodialyse
  • Hémopathies malignes
    Maladie de Hodgkin et Vaquez.
  • Dysthyroïdies
  • Infection chronique
    VIH, hépatite B, hépatite C
  • Carences
    Fer, vitamines.
  • Parasitoses
    Ascaridiose, toxocarose, tropicales.

Autres causes

  • Grossesse (cholestase intra-hépatique de la grossesse)
    Prurit généralisé, sévère, nu. Cholestase biologique.
    Aussi: pemphigoïde gravidique, éruption polymorphe de la grossesse.
  • Iatrogène
  • Xérose cutanée
  • Prurit sénile
    Physiologique. Caractère insomniant contraste avec rareté des lésions.
  • Prurit psychogène (diagnostic d’élimination)
    Pathologie psychiatrique associée, événement stressant.

Tout prurit nu et chronique chez un adulte jeune doit faire évoquer un lymphome.

Le prurit est un diagnostic d’interrogatoire.

Interrogatoire

  • Notion de contage, symptômes dans l’entourage
  • Voyage
  • Animaux domestiques
  • Antécédents personnels et familiaux atopiques
  • Traitements en cours
  • Caractères du prurit
    • Ancienneté
    • Horaire de survenue
    • Topographie
    • Sévérité
      Insomnie, troubles du comportement, gêne dans le travail ou la vie quotidienne.
    • Facteurs déclenchants et soulageants
    • Évolution par poussées ou chronique
  • Autres symptômes
  • Profession
  • Conduites sexuelles à risque

Aux jambes, différencier de paresthésies ou impatiences (évocatrices de jambes sans repos).

Examen physique

  • Recherche de lésions élémentaires
  • Zones de grattage
  • Dermographisme
  • Hépatomégalie, splénomégalie
  • Adénopathies palpables

Bilan devant un prurit sans orientation

  • NFS
  • Bilan hépatique
    ASAT, ALAT, GGT, PAL, bilirubine totale.
  • Créatininémie
  • TSH
  • Sérologies VIH, VHB, VHC
  • Radiographie thoracique
  • Échographie abdominale

La biopsie cutanée n’est pas indiquée si aucune lésion clinique. En pratique chez le sujet âgé , le dosage des anticorps anti-membrane basale est fréquent.

Symptomatique

  • Limiter les facteurs irritants
    Antiseptiques, savon parfumé, vêtements serrés et rêches.
  • Couper les ongles courts
  • Savons surgras
  • Émollients quotidiens
    Cérat de Galien, Cold Cream.
  • Antihistaminique de première génération
    Hydroxyzine ou doxépine le soir.

Avis dermatologique pour photothérapie UVB.

NB. Les antihistaminiques ne sont actifs que sur les prurits histamino-médiés. Donc pour l’urticaire chronique.

Étiologique

Traitement de la cause et des facteurs aggravants.

Substitution d’un traitement suspect.